Dieu peut-il vous faire confiance ? 

0 Comments

Aujourd’hui nous nous posons cette question «Dieu peut-il me faire confiance ?» Que veut dire faire confiance à quelqu’un? C’est se fier à cette personne, croire que cet individu ne nous trahira pas. Certains disent «c’est moi qui dois mettre ma confiance en Dieu, je n’ai jamais entendu dire que Dieu faisait confiance aux gens». La Bible répond à ces personnes en montrant que Dieu fait confiance aux gens. Pour les besoins de ce document, nous allons parler de deux des personnes que Dieu faisait confiance. 

Le premier exemple dont nous allons parler est Job 

Job vivait dans le pays d’Uz. Il marchait droit et respectait Dieu. Job avait sept fils et trois filles. Il possédait sept mille (7 000) moutons, trois mille (3 000) chameaux, mille (1 000) têtes de bétail, cinq cents (500) ânes. Il avait de nombreux serviteurs et servantes. C’était l’homme le plus riche de la région où il se trouvait. Ses fils avaient l’habitude de se rassembler chez l’un l’autre pour faire la fête. Quand ils célébraient ainsi, ils invitaient leurs trois sœurs à célébrer avec eux. Job avait tellement de respect pour Dieu qu’après chaque fête, il amenait ses enfants chez lui pour faire une offrande afin de demander pardon à Dieu pour chacun d’eux. Il a toujours fait cela parce qu’il pensait que peut-être ses enfants pourraient pécher contre Dieu sans le savoir (Job 1 : 1-5).  

Dans Job 1:8 «L’Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal.» Ce verset montre que c’est Dieu qui demande à Satan s’il voit Job et commence à faire l’éloge de Job. Regardons ce qui se passe dans le même chapitre aux versets 9 à12 «Et Satan répondit à l’Éternel: Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu? Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui? Tu as béni l’oeuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face. L’Éternel dit à Satan: Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel.» 

Satan dit à Dieu, c’est parce qu’Il protège Job, sa famille et tout ce qu’il possède, et qu’Il bénit tout ce que Job fait, et que Job a beaucoup d’animaux que Job Le sert. Il interpelle Dieu, lorsqu’il lui dit «Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face.» Parce que Dieu faisait confiance à Job, il accepte le défi quand il dit à Satan : «Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre; seulement, ne porte pas la main sur lui.» Quand Dieu fait confiance à une personne, Il la loue devant l’ennemi, Il accepte les défis sur elle, car Dieu sait que ce n’était pas pour la protection, ni pour la bénédiction, ni pour le bien que Job le servait. 

Après que Satan ait détruit tous les biens de Job, coquin qu’il est, il en a également profité pour faire tuer les enfants de Job. Job n’avait pas dit ce qu’il n’aurait pas dû dire à la face de Dieu, au contraire Job a dit dans Job 1: 21 «Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Éternel a donné, et l’Éternel a ôté; que le nom de l’Éternel soit béni!» La Bible témoigne au verset 22 disant «En tout cela, Job ne pécha point et n’attribua rien d’injuste à Dieu.» 

Alors l’ennemi se présenta à nouveau devant Dieu. Une fois de plus Dieu fait l’éloge de Job dans Job 2: 3. Il dit : «As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité, et tu m’excites à le perdre sans motif.» Regardez, Dieu dit que Job demeure ferme dans son intégrité, ce qui signifie que malgré tout ce qui est arrivé à Job, il s’accroche à son Dieu plus fermement. Dieu a également dit que tout ce que l’ennemi avait fait, toutes ces choses étaient en vain. Alors l’ennemi répondit aux versets 4 et 5 «Peau pour peau! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie. Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudit en face.» Maintenant, il donne à Dieu un autre défi de le laisser toucher le corps de Job. Rappelez-vous dans Job 1:12 que Dieu avait dit à l’ennemi de ne pas porter la main sur Job. Cela nous montre que l’ennemi ne pouvait pas toucher le corps de Job parce que Dieu le lui avait défendu. Au verset 6, Dieu accepte le défi «Voici, je te le livre: seulement, épargne sa vie.» Une autre fois Dieu a limité Satan, il ne peut pas tuer Job. «Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel. Puis il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête.» Job 2: 7. 

Non, seulement Job était malade mais il y avait trois amis qui étaient venus le voir et lui ont dit que c’était à cause de son péché que Dieu l’avait puni. Ces trois amis étaient Tsophar de Naama, regardez ce qu’il a dit à Job dans Job 11 : 2-6 «Cette multitude de paroles ne trouvera-t-elle point de réponse, Et suffira-t-il d’être un discoureur pour avoir raison? Tes vains propos feront-ils taire les gens? Te moqueras-tu, sans que personne te confonde? Tu dis: Ma manière de voir est juste, Et je suis pur à tes yeux. Oh! si Dieu voulait parler, S’il ouvrait les lèvres pour te répondre, et s’il te révélait les secrets de sa sagesse, de son immense sagesse, Tu verrais alors qu’il ne te traite pas selon ton iniquité.» Dans Job 20 : 2-7, il dit encore : «Mes pensées me forcent à répondre, Et mon agitation ne peut se contenir. J’ai entendu des reproches qui m’outragent; Le souffle de mon intelligence donnera la réplique. Ne sais-tu pas que, de tout temps, Depuis que l’homme a été placé sur la terre, le triomphe des méchants a été court, et la joie de l’impie momentanée? Quand il s’élèverait jusqu’aux cieux, Et que sa tête toucherait aux nues, il périra pour toujours comme son ordure, Et ceux qui le voyaient diront: Où est-il?» 

L’autre ami était Éliphaz de Théman, voici ce qu’il a dit dans Job 15 : 2-6 «Le sage répond-il par un vain savoir? Se gonfle-t-il la poitrine du vent d’orient? Est-ce par d’inutiles propos qu’il se défend? Est-ce par des discours qui ne servent à rien? Toi, tu détruis même la crainte de Dieu, Tu anéantis tout mouvement de piété devant Dieu. Ton iniquité dirige ta bouche, Et tu prends le langage des hommes rusés. Ce n’est pas moi, c’est ta bouche qui te condamne. Ce sont tes lèvres qui déposent contre toi.» Dans Job 22 : 4-11 il a dit encore «Est-ce par crainte de toi qu’il te châtie, Qu’il entre en jugement avec toi? Ta méchanceté n’est-elle pas grande? Tes iniquités ne sont-elles pas infinies?Tu enlevais sans motif des gages à tes frères, tu privais de leurs vêtements ceux qui étaient nus; tu ne donnais point d’eau à l’homme altéré, tu refusais du pain à l’homme affamé. Le pays était au plus fort, et le puissant s’y établissait. Tu renvoyais les veuves à vide; Les bras des orphelins étaient brisés. C’est pour cela que tu es entouré de pièges, et que la terreur t’a saisi tout à coup. Ne vois-tu donc pas ces ténèbres, Ces eaux débordées qui t’envahissent?» 

Le troisième ami était Bildad, du pays de Schuach. Voici ce qu’il a dit à Job dans Job 8 : 2-4 «Jusqu’à quand veux-tu discourir de la sorte, Et les paroles de ta bouche seront-elles un vent impétueux? Dieu renverserait-il le droit? Le Tout Puissant renverserait-il la justice? Si tes fils ont péché contre lui, Il les a livrés à leur péché.» Dans Job 18 : 2-13, il parla ainsi «Quand mettrez-vous un terme à ces discours? Ayez de l’intelligence, puis nous parlerons. Pourquoi sommes-nous regardés comme des bêtes? Pourquoi ne sommes-nous à vos yeux que des brutes? O toi qui te déchires dans ta fureur, faut-il, à cause de toi, que la terre devienne déserte? Faut-il que les rochers disparaissent de leur place? La lumière du méchant s’éteindra, Et la flamme qui en jaillit cessera de briller. La lumière s’obscurcira sous sa tente, et sa lampe au-dessus de lui s’éteindra. Ses pas assurés seront à l’étroit; malgré ses efforts, il tombera. Car il met les pieds sur un filet, Il marche dans les mailles, il est saisi au piège par le talon, et le filet s’empare de lui; le cordeau est caché dans la terre, et la trappe est sur son sentier. Des terreurs l’assiègent, l’entourent, Le poursuivent par derrière. La faim consume ses forces, La misère est à ses côtés.Les parties de sa peau sont l’une après l’autre dévorées, ses membres sont dévorés par le premier-né de la mort.» 

Après que ces trois hommes aient fini de parler, c’est Élihu, fils de Barakeel de Buz qui a également pris la parole. Voici ce qu’Élihu a dit dans Job 34 : 5-9 «Job dit: Je suis innocent, Et Dieu me refuse justice; j’ai raison, et je passe pour menteur; ma plaie est douloureuse, et je suis sans péché. Y a-t-il un homme semblable à Job, buvant la raillerie comme l’eau,marchant en société de ceux qui font le mal, cheminant de pair avec les impies? Car il a dit: Il est inutile à l’homme De mettre son plaisir en Dieu.» 

Prétendument ces amis qui étaient censés soutenir, encourager, et regarder Job avec compassion, brisaient au contraire le courage de Job, l’accusaient, et le regardaient avec dégoût. Dans Job 6: 14, Job a dit: «Celui qui souffre a droit à la compassion de son ami, même quand il abandonnerait la crainte du Tout Puissant.» Dans Job 16 : 2 Job a affirmé: «J’ai souvent entendu pareilles choses; vous êtes tous des consolateurs fâcheux.» Job 19 : 1-4 a énoncé «Job prit la parole et dit: Jusques à quand affligerez-vous mon âme, et m’écraserez-vous de vos discours? Voilà dix fois que vous m’outragez; n’avez-vous pas honte de m’étourdir ainsi? Si réellement j’ai péché, seul j’en suis responsable.» Il a continué au verset 19 pour dire «Ceux que j’avais pour confidents m’ont en horreur, Ceux que j’aimais se sont tournés contre moi.» Job 26 : 1-2 a relaté «Job prit la parole et dit: Comme tu sais bien venir en aide à la faiblesse! Comme tu prêtes secours au bras sans force!» 

Même la femme de Job et ses frères sont dégoûtés de lui. Dans Job 19 : 17 Job s’est exprimé ainsi «Mon haleine répugne à ma femme elle-même, et les fils de ma mère me prennent en dégoût.» Certaines traductions disent ses fils, d’autres disent ses frère. Nous savons que d’après Job 1:18-19 que tous les enfants de Job étaient morts, ce qui signifie qu’il parlait de ses frères. Souvenez-vous qu’il s’agit de la même femme à qui Satan a prêté la bouche pour dire à Job dans Job 2: 9 «Tu persévères toujours dans ton intégrité ! Maudis donc Dieu et meurs !» Mais Job lui répondit au verset 10 : «Tu parles comme une insensée. Quoi ! nous recevrions de Dieu le bonheur, et nous ne recevrions pas aussi le malheur !» Dans le même verset, la Bible témoigne pour dire “«Au milieu de tous ces malheurs, Job ne commit pas de péché dans tout ce qu’il dit.» 

Bien que Job ait perdu tous ses biens, perdu tous ses enfants, ses amis l’ont découragé, sa femme et ses frère le haïssaient dans Job 27: 1-4 Job a dit “Je jure, je prends le Dieu vivant à témoin, le Dieu tout-puissant, celui qui refuse de me rendre justice, lui qui me dégoûte de la vie, tant que je ne suis pas mort, tant que Dieu me donne un souffle, je ne laisserai jamais de mauvaises paroles sortir de ma bouche, et je ne dirai jamais un mensonge.” 

Job avait beaucoup parlé, mais il n’a jamais dit ce qu’il ne devait pas dire devant Dieu. Alors Dieu gagne le pari, car Job garde sa foi en Dieu malgré toutes les tribulations qu’il a traversées. Dieu a fait confiance à Job, il savait que Job ne renierait pas sa foi et c’est ce qui s’est passé. La question que nous pouvons nous poser maintenant est ceci «Dieu peut-il nous faire confiance comme il a fait confiance à Job?» 

Le deuxième exemple dont nous allons parler est l’apôtre Paul. 

La Bible dit qu’on appelait l’apôtre Paul Saul dans  

Actes 13: 9  

Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint Esprit, fixa les regards sur lui, et dit: 

Il était d’Israël, c’était un pharisien, Gamaliel était son maître. La Parole de Dieu le dit dans  

Actes 21: 39 

Je suis Juif, reprit Paul, de Tarse en Cilicie, citoyen d’une ville qui n’est pas sans importance. Permets-moi, je te prie, de parler au peuple. 

Actes 22: 1-3 

Hommes frères et pères, écoutez ce que j’ai maintenant à vous dire pour ma défense! 

2 Lorsqu’ils entendirent qu’il leur parlait en langue hébraïque, ils redoublèrent de silence. Et Paul dit: 

3 je suis Juif, né à Tarse en Cilicie; mais j’ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui.. 

Actes 23: 6 

Paul, sachant qu’une partie de l’assemblée était composée de sadducéens et l’autre de pharisiens, s’écria dans le sanhédrin: Hommes frères, je suis pharisien, fils de pharisien; c’est à cause de l’espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement. 

Philippiens 3: 5 

moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux; quant à la loi, pharisien; 

C’est ce Gamaliel qui a défendu les apôtres devant le Sanhédrin dan 

Actes 5: 34-39 

Mais un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, estimé de tout le peuple, se leva dans le sanhédrin, et ordonna de faire sortir un instant les apôtres. 

35 Puis il leur dit: Hommes Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à l’égard de ces gens. 

36 Car, il n’y a pas longtemps que parut Theudas, qui se donnait pour quelque chose, et auquel se rallièrent environ quatre cents hommes: il fut tué, et tous ceux qui l’avaient suivi furent mis en déroute et réduits à rien. 

37 Après lui, parut Judas le Galiléen, à l’époque du recensement, et il attira du monde à son parti: il périt aussi, et tous ceux qui l’avaient suivi furent dispersés. 

38 Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira; 

39 mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu. 

Paul était un citoyen romain. La Bible le fait savoir dans 

Actes 16: 37 

Mais Paul dit aux licteurs: Après nous avoir battus de verges publiquement et sans jugement, nous qui sommes Romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous font sortir secrètement! Il n’en sera pas ainsi. Qu’ils viennent eux-mêmes nous mettre en liberté. 

Actes 22: 25-29 

Lorsqu’on l’eut exposé au fouet, Paul dit au centenier qui était présent: Vous est-il permis de battre de verges un citoyen romain, qui n’est pas même condamné? 

26 A ces mots, le centenier alla vers le tribun pour l’avertir, disant: Que vas-tu faire? Cet homme est Romain. 

27 Et le tribun, étant venu, dit à Paul: Dis-moi, es-tu Romain? Oui, répondit-il. 

28 Le tribun reprit: C’est avec beaucoup d’argent que j’ai acquis ce droit de citoyen. Et moi, dit Paul, je l’ai par ma naissance. 

29 Aussitôt ceux qui devaient lui donner la question se retirèrent, et le tribun, voyant que Paul était Romain, fut dans la crainte parce qu’il l’avait fait lier. 

Son travail consistait à fabriquer des tentes. La Parole de Dieu le déclare dans 

Actes 18: 1-3 

Après cela, Paul partit d’Athènes, et se rendit à Corinthe. 

2 Il y trouva un Juif nommé Aquilas, originaire du Pont, récemment arrivé d’Italie avec sa femme Priscille, parce que Claude avait ordonné à tous les Juifs de sortir de Rome. Il se lia avec eux; 

3 et, comme il avait le même métier, il demeura chez eux et y travailla: ils étaient faiseurs de tentes. 

La Parole de Dieu dévoile qu’il a approuvé le lapidation d’Étienne dans 

Actes 7: 55-58 

Mais Étienne, rempli du Saint Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. 

56 Et il dit: Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. 

57 Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui, 

58 le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent. Les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme nommé Saul. 

Actes 8: 1-2 

Saul avait approuvé le meurtre d’Étienne. Il y eut, ce jour-là, une grande persécution contre l’Église de Jérusalem; et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie. 

2 Des hommes pieux ensevelirent Étienne, et le pleurèrent à grand bruit. 

Actes 22: 19-20 

Et je dis: Seigneur, ils savent eux-mêmes que je faisais mettre en prison et battre de verges dans les synagogues ceux qui croyaient en toi, et que, 

20 lorsqu’on répandit le sang d’Étienne, ton témoin, j’étais moi-même présent, joignant mon approbation à celle des autres, et gardant les vêtements de ceux qui le faisaient mourir. 

Certains disent qu’il était trop jeune pour pouvoir participer à la lapidation d’Etienne, c’est pourquoi il gardait les vêtements de ceux qui le lapidaient. 

Il détestait beaucoup les chrétiens. La Bible le narre dans 

Actes 8: 3 

Saul, de son côté, ravageait l’Église; pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison. 

Actes 9: 1-2 

Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, 

2 et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem. 

Actes 22: 4-5 

J’ai persécuté à mort cette doctrine, liant et mettant en prison hommes et femmes. 

5 Le souverain sacrificateur et tout le collège des anciens m’en sont témoins. J’ai même reçu d’eux des lettres pour les frères de Damas, où je me rendis afin d’amener liés à Jérusalem ceux qui se trouvaient là et de les faire punir. 

Actes 26: 9-11 

Pour moi, j’avais cru devoir agir vigoureusement contre le nom de Jésus de Nazareth. 

10 C’est ce que j’ai fait à Jérusalem. J’ai jeté en prison plusieurs des saints, ayant reçu ce pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on les mettait à mort, je joignais mon suffrage à celui des autres. 

11 je les ai souvent châtiés dans toutes les synagogues, et je les forçais à blasphémer. Dans mes excès de fureur contre eux, je les persécutais même jusque dans les villes étrangères. 

Galates 1: 13-14 

Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Église de Dieu, 

14 et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. 

Philippiens 3: 6 

J’étais un fanatique de la loi, j’en suis même venu à persécuter l’église. Si un homme pouvait être bon parce qu’il faisait ce que la loi exigeait, alors j’étais complètement bon. 

Il a peut-être été membre du Sanhédrin parce qu’il avait l’habitude de voter lorsque les membres du Sanhédrin votaient c’est ce que la Bible nous dit dans 

Actes 26: 10 

C’est ce que j’ai fait à Jérusalem : j’ai jeté en prison, en vertu des pouvoirs que j’avais reçus des chefs des prêtres, un grand nombre des membres du peuple saint et, lorsqu’il s’agissait de les condamner, j’ai voté leur mise à mort.(Bible du Semeur) 

C’est ce que j’ai fait à Jérusalem. J’ai jeté en prison plusieurs des saints, ayant reçu ce pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on les mettait à mort, je joignais mon suffrage à celui des autres.(Louis Segond). 

La Parole de Dieu révèle qu’il a rencontré Jésus sur le chemin de Damas dans 

Actes 9: 3-20 

Comme il était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. 

4 Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? 

5 Il répondit: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. 

6 Tremblant et saisi d’effroi, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire. 

7 Les hommes qui l’accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne. 

8 Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas. 

9 Il resta trois jours sans voir, et il ne mangea ni ne but. 

10 Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananias. Le Seigneur lui dit dans une vision: Ananias! Il répondit: Me voici, Seigneur! 

11 Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, va dans la rue qu’on appelle la droite, et cherche, dans la maison de Judas, un nommé Saul de Tarse. 

12 Car il prie, et il a vu en vision un homme du nom d’Ananias, qui entrait, et qui lui imposait les mains, afin qu’il recouvrât la vue. Ananias répondit: 

13 Seigneur, j’ai appris de plusieurs personnes tous les maux que cet homme a faits à tes saints dans Jérusalem; 

14 et il a ici des pouvoirs, de la part des principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom. 

15 Mais le Seigneur lui dit: Va, car cet homme est un instrument que j’ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d’Israël; 

16 et je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour mon nom. 

17 Ananias sortit; et, lorsqu’il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant: Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint Esprit. 

18 Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé; 

19 et, après qu’il eut pris de la nourriture, les forces lui revinrent. Saul resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas. 

20 Et aussitôt il prêcha dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu. 

Actes 22: 6-16 

Comme j’étais en chemin, et que j’approchais de Damas, tout à coup, vers midi, une grande lumière venant du ciel resplendit autour de moi. 

7 Je tombai par terre, et j’entendis une voix qui me disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? 

8 Je répondis: Qui es-tu, Seigneur? Et il me dit: Je suis Jésus de Nazareth, que tu persécutes. 

9 Ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n’entendirent pas la voix de celui qui parlait. Alors je dis: Que ferai-je, Seigneur? 

10 Et le Seigneur me dit: Lève-toi, va à Damas, et là on te dira tout ce que tu dois faire. 

11 Comme je ne voyais rien, à cause de l’éclat de cette lumière, ceux qui étaient avec moi me prirent par la main, et j’arrivai à Damas. 

12 Or, un nommé Ananias, homme pieux selon la loi, et de qui tous les Juifs demeurant à Damas rendaient un bon témoignage, vint se présenter à moi, 

13 et me dit: Saul, mon frère, recouvre la vue. Au même instant, je recouvrai la vue et je le regardai. 

14 Il dit: Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir le Juste, et à entendre les paroles de sa bouche; 

15 car tu lui serviras de témoin, auprès de tous les hommes, des choses que tu as vues et entendues. 

16 Et maintenant, que tardes-tu? Lève-toi, sois baptisé, et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur. 

 Actes 26: 12-18 

C’est dans ce but que je me rendis à Damas, avec l’autorisation et la permission des principaux sacrificateurs. 

13 Vers le milieu du jour, ô roi, je vis en chemin resplendir autour de moi et de mes compagnons une lumière venant du ciel, et dont l’éclat surpassait celui du soleil. 

14 Nous tombâmes tous par terre, et j’entendis une voix qui me disait en langue hébraïque: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. 

15 Je répondis: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. 

16 Mais lève-toi, et tiens-toi sur tes pieds; car je te suis apparu pour t’établir ministre et témoin des choses que tu as vues et de celles pour lesquelles je t’apparaîtrai. 

17 Je t’ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t’envoie, 

18 afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés. 

Aiguillons et écharde  

Lors de sa rencontre avec Jésus, l’apôtre Paul a dit que Jésus lui avait dit «Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.» (Actes 26 : 14). Les aiguillons sont décrits comme des tiges de bois avec une pièce de métal pointue utilisée par le fermier pour diriger des bœufs ou des chevaux. Il est intéressant que l’Apôtre ait dit dans 2 Corinthiens 12 : 7 que pour l’empêcher d’être vaniteux, on lui a donné une écharde dans sa chair. L’écharde est décrite comme un morceau de bois ou un pieu pointu. Il faut remarquer que lorsque Jésus a parlé des aiguillons à l’Apôtre Paul, il est devenu aveugle, les gens qui étaient avec lui ont dû le prendre par la main pour l’amener à Damas. Heureusement, Jésus a envoyé Ananias prier pour lui afin qu’il puisse recouvrer la vue. On croit que l’écharde dans sa chair était une maladie des yeux car il est dit dans Galates 4 : 13-15 «Vous savez que ce fut à cause d’une infirmité de la chair que je vous ai pour la première fois annoncé l’Évangile. Et mis à l’épreuve par ma chair, vous n’avez témoigné ni mépris ni dégoût; vous m’avez, au contraire, reçu comme un ange de Dieu, comme Jésus Christ. Où donc est l’expression de votre bonheur? Car je vous atteste que, si cela eût été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner.» Observez qu’après avoir parlé de sa maladie, il a dit que les Galates leur auraient arraché les yeux et les lui auraient donnés. Dans Galates 6 : 11, il dit : «Voyez quelles grosses lettres j’utilise pour vous écrire de ma propre main !» Dans Colossiens 4:18, il a également dit «Moi, Paul, j’écris cette salutation de ma propre main. Souvenez-vous de mes chaînes. Que la grâce soit avec vous.» Regardez attentivement, il dit qu’il écrit cette salutation, ce qui signifie que ce n’était pas lui, c’était Timothée qui écrivait avant, parce qu’il a dit dans Colossiens 1:1 «De Paul, qui par la volonté de Dieu est apôtre de Jésus-Christ, et de notre frère Timothée.» 2 Thessaloniciens 3: 17-18 dit «Moi, Paul, j’écris cette salutation de ma propre main, qui est la marque distinctive de toutes mes lettres. C’est ainsi que j’écris. La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous.» Trois personnes ont été mentionnées au début de cette lettre comme auteurs. C’étaient Paul, Silas et Timothée. On peut en déduire que l’Apôtre n’a écrit que la salutation. Philémon 1:19, il a déclaré que «Moi, Paul, j’écris ceci de ma propre main. Je le rembourserai sans mentionner que vous me devez vous-même.» Philémon 1 : 1 fait savoir que lui et Timothée étaient les auteurs, donc c’était Timothée qui écrivait le reste de la lettre. Ces versets nous font penser que les yeux de l’Apôtre Paul étaient malades parce que quelqu’un d’autre écrivait pour lui ou quand il écrivait c’était avec de grosses lettres. Ainsi, on peut conclure que les aiguillons et l’écharde dans sa chair étaient la même chose, une maladie des yeux. 

L’apôtre Paul a beaucoup souffert pendant son ministère la Bible le rapporte dans  

Romains 8: 18 

J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous. 

1 Corinthiens 4: 9-13 

Car Dieu, ce me semble, a fait de nous, apôtres, les derniers des hommes, des condamnés à mort en quelque sorte, puisque nous avons été en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. 

10 Nous sommes fous à cause de Christ; mais vous, vous êtes sages en Christ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts. Vous êtes honorés, et nous sommes méprisés! 

11 Jusqu’à cette heure, nous souffrons la faim, la soif, la nudité; nous sommes maltraités, errants çà et là; 

12 nous nous fatiguons à travailler de nos propres mains; injuriés, nous bénissons; persécutés, nous supportons; 

13 calomniés, nous parlons avec bonté; nous sommes devenus comme les balayures du monde, le rebut de tous, jusqu’à maintenant. 

1 Corinthiens 15: 31-32 

Chaque jour je suis exposé à la mort, je l’atteste, frères, par la gloire dont vous êtes pour moi le sujet, en Jésus Christ notre Seigneur. 

32 Si c’est dans des vues humaines que j’ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel avantage m’en revient-il? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons. 

2 Corinthiens 1: 3-9 

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, 

4 qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque l’affliction! 

5 Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. 

6 Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons. 

7 Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation. 

8 Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie. 

9 Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. 

2 Corinthiens 4 : 7-18 

Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. 

8 Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; 

9 persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; 

10 portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. 

11 Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. 

12 Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous. 

13 Et, comme nous avons le même esprit de foi qui est exprimé dans cette parole de l’Écriture: J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé! nous aussi nous croyons, et c’est pour cela que nous parlons, 

14 sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus, et nous fera paraître avec vous en sa présence. 

15 Car tout cela arrive à cause de vous, afin que la grâce en se multipliant, fasse abonder, à la gloire de Dieu, les actions de grâces d’un plus grand nombre. 

16 C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour. 

17 Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, 

18 un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. 

2 Corinthiens 6: 3-10 

Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme. 

4 Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, 

5 sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; 

6 par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sincère, 

7 par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice; 

8 au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation; étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques; 

9 comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme châtiés, quoique non mis à mort; 

10 comme attristés, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possédons toutes choses. 

2 Corinthiens 11: 23-33 

Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, 

24 cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, 

25 trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. 

26 Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. 

27 J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. 

28 Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises. 

29 Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle? 

30 S’il faut se glorifier, c’est de ma faiblesse que je me glorifierai! 

31 Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point!… 

32 A Damas, le gouverneur du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, pour se saisir de moi; 

33 mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j’échappai de leurs mains. 

Colossiens 1: 24 

Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Église. 

2 Thessaloniciens 3: 8 

Nous n’avons mangé gratuitement le pain de personne; mais, dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l’oeuvre, pour n’être à charge à aucun de vous. 

2 Timothée 3: 10-11 

Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, 

11 mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. 

Malgré toutes les souffrances et les tribulations l’apôtre Paul était prêt à mourir pour Christ. La Bible en témoigne dans 

Actes 21: 13 

Alors il répondit: Que faites-vous, en pleurant et en me brisant le coeur? Je suis prêt, non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus. 

Quand à son apparence, l’apôtre n’était pas estimé. La Parole de Dieu l’expose dans 

2 Corinthiens 10: 7-10 

Vous regardez à l’apparence! Si quelqu’un se persuade qu’il est de Christ, qu’il se dise bien en lui-même que, comme il est de Christ, nous aussi nous sommes de Christ. 

8 Et quand même je me glorifierais un peu trop de l’autorité que le Seigneur nous a donnée pour votre édification et non pour votre destruction, je ne saurais en avoir honte, 

9 afin que je ne paraisse pas vouloir vous intimider par mes lettres. 

10 Car, dit-on, ses lettres sont sévères et fortes; mais, présent en personne, il est faible, et sa parole est méprisable. 

2 Corinthiens 11: 6 

Si je suis un ignorant sous le rapport du langage, je ne le suis point sous celui de la connaissance, et nous l’avons montré parmi vous à tous égards et en toutes choses. 

Les combats de l’apôtre n’étaient pas charnels c’est pourquoi il n’a pas utilisé les armes charnelles. Les Saintes Écritures nous le fait connaître dans 

2 Corinthiens 10: 3-5 

Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. 

4 Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. 

5 Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. 

Éphésiens 6: 12 

Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. 

Dieu faisait confiance à l’apôtre Paul, les Saintes Écritures le déclarent dans 

1 Timothée 1: 12-14 

Je suis reconnaissant envers celui qui m’a rendu capable de remplir cette tâche, Jésus-Christ, notre Seigneur. En effet, il m’a accordé sa confiance en me choisissant pour ce service,  

13 moi qui, autrefois, l’ai offensé, persécuté et insulté. Mais il a été compatissant envers moi car j’agissais par ignorance, puisque je n’avais pas la foi.  

14 Dans la surabondance de sa grâce, notre Seigneur a fait naître en moi la foi et l’amour que l’on trouve dans l’union avec Jésus-Christ. 

L’apôtre Paul a connu bien des souffrances, souvenez-vous que le Seigneur Jésus a dit à Ananias dans le livre des Actes des Apôtres au chapitre neuf le verset seize «Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour mon nom.» malgré toutes ces souffrances il n’a jamais renié le Seigneur. À la fin de sa vie l’apôtre a dit dans la deuxième lettre à Timothée au chapitre quatre les versets six à huit «Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.» 

Pouvons-nous répondre à cette question «Est-ce que Dieu peut nous faire confiance comme ce fut le cas pour ces deux hommes» Que par la grâce de Dieu notre réponse puisse être un oui retentissant. Dieu nous bénisse tous. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Posts

I need a God.

0 Comments

The God I need, and I think that we all…

preview

0 Comments

Bible Audio in English [ai_playlist id="2594"] English Audio Bible French…